Les réseaux sociaux au coeur du marketing d’influence (Partie 1) : YouTube, Facebook, Instagram, Snapchat

Quelles sont les plateformes prisées par les influenceurs ? Quelles différences y a-t-il à faire sa campagne d’influence sur Snapchat plutôt que sur YouTube ? Comment fonctionnent ces plateformes et quels contenus sont publiés dessus ? Nous allons répondre à toutes ces questions au biais de notre analyse de huit réseaux sociaux. Dans cette première partie nous nous attaquons à YouTube, Facebook, Instagram et Snapchat.

YouTube : Des vidéos qui prennent racines 

Les influenceurs sur YouTube sont les auteurs de ce qu’on appelle des chaînes. À la différence d’une chaîne télévisée, une chaîne YouTube est un catalogue de toutes les vidéos publiées. Ces vidéos sont toujours disponibles, à portée de clic. Un internaute conquis par une vidéo d’une chaîne va souvent s’y abonner, ce qui lui facilitera la découverte d’autres contenus du même auteur. 

Une particularité de ce réseau social est qu’il n’est pas articulé autour d’un flux de posts, mais plutôt autour d’un moteur de recherche et de recommandations. Une vidéo postée sur YouTube va donc avoir des sources de trafic variées : résultats d’une recherche, recommandation sur le côté d’une vidéo, à la fin d’une vidéo, partage depuis des sites extérieurs ou encore via le flux d’abonnements (une liste chronologique des vidéos publiées par les chaînes que l’on suit). 

Cela signifie donc que même si l’influenceur vidéaste a une communauté établie sur YouTube, beaucoup de ses vues vont provenir d’ailleurs. La découvrabilité des vidéos postées plusieurs mois ou années auparavant permettent aux contenus d’être visionné encore longtemps après leurs publication. 

Facebook : Le choix du format 

Les influenceurs sur Facebook sont les administrateurs de pages suivies par ce qu’on appelle des fans. Si la vidéo prend une place de plus en plus importante sur le réseau social, la plateforme offre beaucoup d’autres formats médias que l’on peut exploiter lors d’une campagne d’influence : texte, photo(s), vidéo, livestream… Il n’est pas rare de voir des pages faire plusieurs dizaines de posts chaque jour.

Le contenu publié sur Facebook retiendra l’attention aussi longtemps qu’il sera partagé ou liké par les fans de la page. Ce sont les interactions avec les posts qui font remonter celui-ci dans le flux d’actualité.

Instagram : Le beau qui fait rêver 

Le réseau social de photos carrées a bien évolué depuis ses débuts, mais une chose n’a pas changé : le contenu est toujours très visuel. Le profil des utilisateurs est un portfolio de photos, sélectionnées et organisées méticuleusement pour représenter l’image que veut refléter leur auteur. 

S’il est aussi possible de publier des vidéos ou même plusieurs photos dans un post, on peut toujours un peu considérer le post instagram comme une oeuvre. Autant lors de sa production (la sélection d’un filtre, le recadrage...) que lors de son exhibition. L’internaute qui navigue dans son flux instagram s'arrêtera pour contempler les visuels qui auront retenu son attention. 

Une autre plateforme se cache au sein d’Instagram : les stories. Inspirés par la fonctionnalité du même nom sur Snapchat, ces contenus peuvent uniquement être consultés sur mobile et disparaissent au bout de 24h. Ces posts renforcent l’impression de proximité et d’intimité avec l’influenceur. 

Snapchat : L’éphémère qui marque 

Snapchat est un réseau social qui n’existe que sur mobile et sur lequel on produit des contenus qui vivent de quelques secondes à 24h. Une des particularités de Snapchat est la manière dont se construisent les communautés : il faut ajouter les utilisateurs depuis le carnet de contacts, ou bien via leur pseudonyme / “snapcode” (une sorte de QR Code spécifique à chaque compte snapchat).

Les contenus sont là aussi soit des photos soit des vidéos, que l’on peut envoyer soit directement à des contacts soit en le publiant dans une “story”. Les stories restent disponibles 24h, et les posts envoyés directement à quelqu’un disparaissent après leur ouverture. Bien que le réseau social ai commencé par des échanges entre amis, beaucoup d’influenceurs se sont construit au sein de Snapchat.

La manière dont les utilisateurs consomment les stories consistent à toutes les regarder au moins une fois par jour pour être sûr de ne rien manquer. Ces pratiques permettent des taux d’ouverture et d’engagement très élevés.

 

On voit bien que chaque réseau social a son mode de fonctionnement et ses profils d’influenceurs. C’est en analysant ce qu’ils postent sur chacune des plateformes que l’on voit le potentiel de chacune dans le cadre d’une campagne d’influence marketing. Nous verrons dans l’article suivant le fonctionnement de quatres autres réseaux sociaux : Twitch, LinkedIn, Musical.ly et Twitter.

We new friends!